La voisin

Magie & Occultisme

Par Christophe L.

La Voisin : Ombres de la sorcellerie à l’époque de Louis XIV

On pourrait croire que l’ère de Louis XIV, aussi connu comme le Roi Soleil, était uniquement caractérisée par une grandeur royale et un faste inégalé. Cependant, cette époque a également été tachée par l’une des affaires les plus scandaleuses et mystérieuses de l’histoire française : L’Affaire des poisons. Profondément enracinée dans les superstitions du XVIIe siècle, cette affaire mêle politique, jalousies, sorcellerie et meurtres, avec au cœur de tout cela, une figure sulfureuse connue sous le nom de La Voisin. Allons donc fouiller les ombres de cette époque troublée, où même au sein de la cour, on craignait les sorcières.

La Voisin, la sorcière de Paris

Catherine Monvoisin, mieux connue sous le nom de La Voisin, était une figure incontournable dans le Paris du XVIIe siècle. Cette sage-femme de profession a rapidement fait sa place dans la haute société parisienne en offrant des services d’astrologie, de devineresses et, plus sombre encore, de vente de poisons. Sa réputation grandissante a même attiré l’attention de la cour royale, notamment celle de la Mme Montespan, la maîtresse du roi.

La Voisin ne se contentait pas de vendre des poisons. Ses services incluaient également l’organisation de messes noires, de rituels de sorcellerie et de sacrifices. Ces activités clandestines ont été mises à nu lorsqu’un certain Nicolas de La Reynie, lieutenant de la police de Paris, a commencé à enquêter sur une vague de morts suspectes au sein de l’aristocratie.

La Voisin était une figure complexe et charismatique, dont les pratiques reflétaient les croyances occultes de son temps. Elle a investi considérablement dans la création d’une atmosphère mystique pour ses clients, y compris l’achat d’une robe en velours rouge cramoisi brodée d’aigles en or pour 1,500 livres, afin de renforcer la crédibilité de ses prédictions et rituels. Sa capacité à défendre ses pratiques devant des institutions respectées, telles que l’Université de la Sorbonne en 1665 ou 1666, témoigne de son habileté à naviguer dans les milieux sociaux et religieux de l’époque​​.

L’affaire des poisons : une affaire royale

L’Affaire des poisons a éclaté quand La Marquise de Brinvilliers a été accusée d’avoir empoisonné plusieurs membres de sa famille. Les enquêtes ont révélé un réseau complexe d’empoisonneurs agissant à Paris, avec La Voisin en son cœur. Les choses ont pris une nouvelle tournure lorsque la maîtresse du roi, Mme Montespan, a été mise en cause. Il semblait que la favorite du roi avait recours aux services de La Voisin pour garder son emprise sur le roi.

Outre son rôle dans la sorcellerie et les messes noires, La Voisin a également joué un rôle central dans la vente de poisons, illustrant la sophistication de cette pratique à l’époque. Inspirée par d’autres empoisonneurs professionnels comme Giulia Tofana en Italie, elle a développé un réseau de fournisseurs de poisons et a offert une variété de substances toxiques à ses clients. Ces activités, mêlant magie et empoisonnement, montrent la nature dangereuse et souvent mortelle des services qu’elle fournissait​​.

Le Roi Louis XIV, a décidé de prendre l’affaire en main et a créé une cour spéciale, connue sous le nom de Chambre Ardente, pour juger les affaires de sorcellerie et d’empoisonnement. Sous la supervision de La Reynie, de nombreux suspects ont été arrêtés, dont La Voisin elle-même.

La fin de La Voisin et répercussions à la cour

Lors de son procès, La Voisin a été accusée d’avoir organisé des messes noires pour Mme Montespan, dans le but de consolider son emprise sur le roi. En dépit des nombreuses tentatives de La Voisin pour modifier son témoignage, elle a été reconnue coupable et condamnée au bûcher sur la Place de Grève à Paris en 1680.

L’impact de l’Affaire des poisons s’est étendu bien au-delà du sort de La Voisin. Cette affaire a marqué un tournant dans la perception et la gestion de la sorcellerie en France. Sous l’influence des philosophes tels que Descartes, Spinoza et Leibniz, et en réponse aux troubles engendrés par l’affaire, Louis XIV, assisté de Colbert, a entrepris de centraliser et de rationaliser la police parisienne. Cela a mené à une approche plus critique et scientifique, réduisant les superstitions et traitant la sorcellerie davantage comme une forme de criminalité que de maléfice. En conséquence, Louis XIV a publié un édit en août 1682 pour réguler la vente de produits toxiques et réprimer les empoisonnements et les pratiques superstitieuses, redéfinissant ainsi la sorcellerie comme un simple crime d’escroquerie​​.

L’Affaire des poisons a eu de profondes répercussions à la cour de Louis XIV. Mme Montespan a été discrètement écartée de la cour, et le roi a fait des efforts considérables pour éloigner les superstitions et la sorcellerie de la cour. Cependant, l’ombre de l’Affaire des poisons a continué à planer sur le reste de son règne.

L’Affaire des poisons marquait la fin de l’ère des sorcières en France. Cet événement a non seulement ébranlé la cour de Louis XIV, mais a aussi changé à jamais la manière dont la sorcellerie était perçue et traitée en France. L’époque où l’on craignait les sorcières était révolue, mais l’histoire de La Voisin et de l’Affaire des poisons reste comme un sombre chapitre dans l’histoire du règne du Roi Soleil.

L’histoire de La Voisin est un rappel que même à l’époque de la grandeur royale, l’obscurité peut se tapir dans l’ombre. Alors que nous apprécions les splendeurs du XVIIe siècle, n’oublions pas les ombres qui se cachent derrière elles.

Bonjour, je suis Christophe L.
zigzag separator
Je vous partage mes découvertes sur l'étrange et l'inexpliqué. Ces articles ont pour but de divertir.
Laisser un commentaire