Incube

par

Les incubes (tout comme les succubes qui sont leur équivalent féminin) ne font pas partie des phénomènes paranormaux mais plutôt de légendes et de croyances. Les témoignages de l’époque ne sont pas si nombreux que cela tout simplement parce que les victimes des incubes avaient peur de parler et de subir le même sort que les sorcières : le bucher.

Qu’est-ce qu’un incube ?

Le terme incube vient du latin incubus qui signifie « couché dessus », les incubes sont également appelés « celui qui se couche dessus » ou « l’amant-démon ». Il s’agit d’un démon masculin beaucoup moins « gentil » que les succubes. En effet, alors que les succubes charment les hommes et s’accouplent avec eux en prenant une forme de femme humaine, les incubes, quant à eux, violent tout simplement les femmes humaines durant leur sommeil sans demander leur consentement. De plus, les incubes ne cachent même pas leur forme démoniaque, au contraire ils gardent leur affreuse apparence, velue et hirsute. Dans de rares cas, les incubes peuvent aussi s’attaquer à des hommes. Tout comme dans certains cas, l’incube peut prendre l’apparence d’un homme.

Les incubes, d’après les légendes, ne s’attaquent qu’aux jeunes filles vierges. Par conséquent, au Moyen-Âge, les incubes hantaient les couvents car ces lieux regorgeaient de filles vierges ou ayant fait vœu de chasteté.

Les incubes et les croyances

Même si certaines croyances différent un peu quant à l’apparence ou le nom d’un incube, un point est identique partout : l’incube et les cauchemars vont de pair. Les nombreux récits relatant des attaques d’incubes, parlent bien évidemment d’actes sexuels qui, dans certains cas peuvent s’avérer plaisants mais, le plus souvent, ces attaques se transforment en cauchemars. D’après les mythologies et les folklores, des enfants peuvent naitre de ces unions démons/humains. Il semblerait que ces enfants possèdent des pouvoirs exceptionnels. Dans un ancien manuscrit français, il est expliqué l’enchanteur Merlin serait le fils d’un incube.

Une explication rationnelle aux incubes

Autrefois, les incubes appartenaient au domaine religieux, mais à partir du XVème siècle, des praticiens tels que Jean Wier et Scipion Dupleix, ont classé les attaques d’incubes dans le domaine médical puis dans la psychiatrie. En 1815, Louis Dubosquet s’est même avancé à dire que les attaques d’incubes n’étaient tout simplement que des productions relevant du fantasme, produites parce que « la victime » angoisserait à l’idée de faire des cauchemars. Les attaques d’incubes sont même qualifiées de délires psychotiques et hallucinatoires. D’après des psychiatres, la représentation de l’incube que se fait « la victime » est due à une déviance libidinale. Dès cette époque, l’incube n’est plus considéré comme une attaque démoniaque mais plutôt comme une affection qui a une cause, un pronostic et surtout qui est facilement guérissable à l’aide d’un bon traitement. Les psychiatres, qui considèrent ce phénomène comme une pathologie mentale, pensent que cette maladie est liée à la zoopsie (vision d’animal réel ou fantastique) et quelle est due à un surmenage ou une angoisse.

Incubes d’animaux

Selon la croyance occidentale, Satan pourrait prendre la forme d’un incube animal : aigle, cygne, cheval ou taureau, serpent, loup, ours, renard, afin de prendre du plaisir avec les femmes.

Les incubes et le paranormal

D’après le parapsychologue Guy Lyon Playfair, les incubes d’autrefois seraient les poltergeists d’aujourd’hui. L’hémisphère cérébral droit du cerveau aurait la capacité de matérialiser les rêves ce qui pourrait expliquer ces apparitions.

Incube
« Retour à l'index