Paralysie du sommeil

par

Il y a des sensations dont on n’aimerait jamais ressentir. Il y a des souvenirs dont on ne voudrait jamais se rappeler. Il y a des choses dont on ne voudrait jamais avoir vu. Mais malheureusement tout ne se passe jamais comme nous l’espérons et certains phénomènes, plus ou moins étranges, nous arrivent. Si certaines personnes ont des explications scientifiques à ces faits, d’autres ne les voient pas de la même manière. La paralysie du sommeil entre dans cette catégorie de phénomènes étranges.

 

Qu’est-ce que les attaques nocturnes ?

« J’ai senti une présence masculine. Elle était maléfique »

« Il s’assied sur ma poitrine et m’empêche de respirer. »

« Je me rappelle très bien de cette ombre dans le couloir. C’était une femme. »

 

Des propos comme ceci, il y en a énormément et ce, depuis des milliers d’années. De nombreuses personnes affirment se faire attaquer durant la nuit. Ces personnes ont des souvenirs de ces attaques très précis. Parfois il s’agit d’une ombre, d’une sorcière, d’un démon ou tout simplement juste d’une voix. Mais les témoignages s’accordent tous à dire que pendant ces attaques, ils sont incapables de bouger. Ils se sentent comme paralysés mais tout à fait conscients. Il arrive même que les personnes attaquées pensent avoir entendu une entité leur prévenir que leur mort est proche. D’autres « victimes » expliquent avoir été menacées de viol. Par conséquent, il est très difficile pour ces personnes de ne pas avoir peur de se coucher.

En fouillant dans le passé, des textes datant d’environ 2000 ans évoquent ce sujet de même que de nombreux tableaux représentant des sortes de démons assis sur le thorax d’hommes ou de femmes. Ces représentations ressemblent étrangement aux témoignages des victimes d’attaques nocturnes. Des personnes ne se connaissant pas et se trouvant, géographiquement parlant, à divers endroits dans le monde, évoquant les mêmes détails à peu de chose près, c’est relativement effrayant. Voici ce que ressentent ces personnes pendant leurs attaques nocturnes :

 

  • Incapacité de bouger ni d’appeler à l’aide
  • Impression de ne pas être seul dans la pièce
  • Bruits de pas ou voix
  • Poids sur la poitrine empêchant de respirer
  • Impression de mort imminente
  • Vision d’entités sous différentes formes

 

Une explication plus rationnelle

Une catégorie d’individus semble persuadée que ces attaques sont des signes de possessions ou de hantises. Ces mêmes personnes veulent croire au côté paranormal du phénomène, seulement, les scientifiques ont une tout autre explication bien plus rationnelle : la paralysie du sommeil. Ce phénomène intervient lors de l’endormissement ou du réveil. La personne est pleinement consciente mais ne peut pas bouger pendant plusieurs minutes. La paralysie du sommeil s’accompagne parfois d’hallucinations auditives, visuelles ou tactiles, d’où le côté effrayant voire terrorisant. Ce fait étrange est assez fréquent puisque ¼ de la population a déjà subi une paralysie du sommeil. En règle générale, la paralysie du sommeil touche tous les êtres humains durant le sommeil afin que le dormeur ne bouge pas pendant qu’il rêve. Mais parfois, une sécrétion élevée de sérotonine peut provoquer une paralysie du sommeil pendant que la personne est réveillée. Pendant cet évènement, la personne a du mal à respirer et ressent un écrasement sur la poitrine, elle reste alors dans cet état pendant quelques secondes ou, dans de plus rares cas, pendant une dizaine de minutes. Après cela, la personne retrouve la possibilité de faire des mouvements comme s’il ne s’était rien passé.

 

Qui croire ?

Les deux explications sont plausibles. Le côté rationnel de la chose est très certainement véridique, seulement comment se fait-il qu’il y ait autant de témoignages pratiquement identiques ? Comment se fait-il que parfois il ne s’agit pas que de simples hallucinations mais que ces attaques nocturnes vont bien plus loin ? Dans tous les cas, possession ou paralysie du sommeil, l’expérience est traumatisante pour celui qui la vit.

Paralysie du sommeil
« Retour à l'index