Vaudou

par
« Retour à l'index

On nomme Vaudou une religion existante depuis bien longtemps, elle est pratiquée par les
Africains de l’Ouest, elle comprend des actes dérivés du culte, dans lesquels on mélange la
sorcellerie, la magie et les rituels chrétiens. On va ici essayer de mieux comprendre les
origines ainsi que la pratique du Vaudou.

Origine du Vaudou

Le Vaudou a évolué, peu à peu, il s’agit d’un mélange de cultes et traditions que les peuples
migrants ont laissées sur leur passage au Sud des États du Golf du Golf du Bénin.
Vaudou est la traduction de Yorouba qui signifie “Dieu”. Le Vaudou représente un culte qui réunit un esprit surgit d’un
monde surnaturel et le réel. Le plus visible dans le Vaudou reste les rites, telles les danses,
la croyance aux morts-vivants, les sacrifices des animaux sans oublier les poupées vaudous
qui servent aux actes de sorcellerie notamment en les piquant, avec des épingles.
Si le Vaudou est resté très longtemps un culte réprimandé, les choses ont bien changé tout
d’abord le Vatican accepte le Vaudou en tant que religion puis, et de ce fait, les
pratiquants, n’ont plus de craintes à prêcher au grand jour.

 

Pratiquer le Vaudou

 

À l’époque de colons, ces derniers avaient tout simplement interdit la pratique du Vaudou,
tous ceux qui seraient surpris en train de pratiquer le culte, risquaient l’emprisonnement et
dans les pires de cas, la mort. Mais cela n’empêcha pas les croyants, ils continuaient de
prêcher, en toute discrétion.
Habituellement, la cérémonie du Vaudou a lieu dans un temple que l’on nomme Hounfor,
dans son intérieur les croyants se réunissent autour d’un poteau mitan qui signifie le centre
du monde, chaque croyant y dépose son offrande, il n’y a pas de bonne ni de mauvaise
offrande, chacun y dépose ce qu’il veut. Dès le départ, le prêtre Vodou implore l’esprit de
Papa Lbga, afin qu’il ouvre les portes des deux mondes.
On dispose en direction des quatre poins cardinaux, des objets tel des colliers, bougies,
masques, poupées, entre autres on les arrose, pour bénir les lieux.. Puis au son des
tambours, on prie, on danse jusqu’à établir contact avec les Loas. Vient ensuite l’heure du
sacrifice, qui consiste à égorger un animal et laisser les initiés tremper leurs mains dans le
sang qui coule. Par ses gestes, il est dit que l’individu est en paix avec la nature, pour
toujours.
Il existe une autre sorte de cérémonie, qui est représentée par un Bougor, prête maléfique, cérémonie qui est donnée dans le but de nuire à autrui.
C’est donc dans ce genre de cérémonie que l’on utilise les fameuses poupées vaudous, en les
prenant pour la personne désignée, à recevoir le mal.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*